lundi 14 mai 2012

Enfin, voici un bon texte sur le drapeau français !

Ce nest quun chapitre d’un ouvrage récent sur Les emblèmes de la République, mais pour une fois il fait fi de toutes les légendes ridicules, constate quon ne sait pas très bien comment est né notre drapeau et en trace un portrait que ne sarrête ni à la cocarde tricolore de Louis XVI ni à La Fayette et à Lamartine ni aux aigles napoléoniennes.
Le ton est plus celui dune aimable causerie érudite que dune recherche universitaire, mais ce travail est lœuvre dun agrégé, Bernard Richard, qui sappuie notamment sur les quatre meilleurs ouvrages de ces dernières années (ceux de Pastoureau, Pinoteau, Turrel et Znamensky, dont —soit dit en passant— pas uns ne figurent dans la bibliographie dune très récente mais lamentable histoire du drapeau français). Certes, la sympathie politique de lauteur sourd entre les phrases, mais les histoires parallèles des drapeaux tricolore, blanc, rouge et même noir dans notre pays depuis deux siècles, sont brossés avec talent et intelligence. Il n’occulte ni la tentation révolutionnaire ni celle du Sacré-Cœur, saisi bien les élans patriotiques et les enthousiasmes populaires et s'aventure même dans l'actualité la plus récente (on regrette juste qu'il n'ait pas attendu la fin de la campagne électorale et l'élection du nouveau président, moments où la polémique autour du/des drapeaux s'est poursuivie).
Si cela napporte rien de réellement nouveau sur le sujet, il est réconfortant de constater que la question peut être abordée ainsi et traitée de façon à donner envie den savoir plus. Louvrage étant publié aux éditions du CNRS, espérons que ce chapitre donnera envie aux universitaires et aux chercheurs de se faire un peu vexillologues (le terme est dailleurs cité…)
On termine ainsi ce chapitre avec le désir de lire tout louvrage.

Le drapeau tricolore et ses principaux rivaux, le blanc et le rouge. Chapitre V de Bernard Richard. Les emblèmes de la République. Paris, CNRS Éditions, 2012; pages 169 à 195.— Préface du prof. Alain Corbin, 8 planches, chronologie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire