lundi 24 mai 2010


Ce dimanche à Rouen, le porte-hélicoptères Jeanne d’Arc était à quai pour une dernière visite avant d'appareiller pour Brest le mercredi 26 mai afin d'y être désarmé.
Ce navire était utilisé, avec la frégate Georges Leygues par le GEAOM (Groupe École d'Application des Officiers de Marine). Il arborait quatre pavillons dont celui du GEAOM (tricolore avec étoile blanche dans le canton) au niveau supérieur.
Un pavillon triangulaire jaune bordé de bleu (marque de substitut) indiquait que le commandant du navire n'était pas à bord, tandis que les deux derniers indiquaient la présence d'une garde militaire (bleu à croix de Saint-André blanche) et d'une garde médicale (blanc semé de 5 croix noires).


   

vendredi 7 mai 2010

Outrage au drapeau (suite 2)

L'AFP vient de publier cette dépêche concernant l'outrage au drapeau dont nous avons déjà parlé:

PARIS — La ministre de la justice Michèle Alliot-Marie veut soumettre au parlement un “ajout législatif” permettant de punir les outrages au drapeau ou à l'hymne national commis dans le cadre de l'expression artistique, a déclare jeudi au Sénat Eric Besson ministre de l'immigration et de l'identité nationale.
Le ministre répondait à une question orale du sénateur UMP des Français de l'étranger Jean-Pierre Cantegrit à propos de la photo d'un homme se torchant avec le drapeau français, sélectionnée comme “coup de cœur” par le jury d'un concours pour photographes amateurs et publiée à ce titre dans un quotidien.
Eric Besson a dit avoir été “profondément choqué” mais que “en l'état actuel du droit, il semblait improbable de pouvoir sanctionner” ce genre de manifestation, car ce serait notamment contraire à la liberté de la création artistique.