dimanche 30 janvier 2011

Flagmaster de décembre 2010

Le n° 137 de Flagmaster vient de paraître. Au sommaire des articles —comme toujours largement illustrés— sur les nouveaux drapeaux de la cour suprême du Royaume-Uni et de la Birmanie, sur l'adoption du drapeau de l'État de la cité du Vatican en 1929, sur l'histoire du drapeau du Nigéria et sur l'évolution vexillologique et institutionelle des Antilles néerlandaises; ainsi que la seconde partie de l'article sur les drapeaux polonais, et la onzième partie de celui sur les cocardes des États du pacte de Varsovie.

mardi 25 janvier 2011

une proposition de loi pour réglementer l'usage des drapeaux étrangers dans les lieux publics

Selon une dépêche de l'AFP de ce matin, une proposition de loi va être déposée dans ce sens:

MARSEILLE — Le député UMP des Bouches-du-Rhône, Guy Teissier, a annoncé lundi qu'il souhaitait déposer à l'Assemblée une proposition de loi visant à "réglementer l'usage des drapeaux étrangers dans les espaces publics", et pas seulement dans les mairies lors des mariages.
"Je déposerai dans quelques semaines une proposition de loi visant à réglementer l'usage des drapeaux étrangers dans les espaces publics", a annoncé le député lors de ses voeux à la presse à Marseille.
"Je pense que les lieux publics doivent rester des lieux nationaux et faire l'objet de respect, qu'ils soient des mairies, des préfectures", a-t-il ajouté.
"Cela ne veut pas dire que je souhaite interdire toute manifestation de drapeaux étrangers sur notre sol, mais je pense qu'il faudrait qu'il y ait au préalable une demande d'autorisation pour que les drapeaux étrangers soient déployés", a-t-il précisé.
Selon l'entourage du député, sa proposition en faveur d'une "réglementation et non une interdiction", vise en particulier à donner une base légale permettant aux forces de l'ordre d'intervenir dans le cas "d'attitudes de provocation envers les valeurs de la République", y compris dans la rue.
Cette proposition élargit le champ d'une précédente proposition de loi déposée à l'Assemblée en octobre 2009 par un autre député UMP, Elie Aboud. La proposition de l'adjoint au maire de Béziers (Hérault) a été transformée en un amendement, adopté dans le cadre du projet de loi sur l'immigration.
Il vise spécifiquement les cérémonies de mariage dans les mairies et prévoit que "s'il l'estime nécessaire, le maire […] peut user verbalement du rappel à l'ordre […] et suspendre, en tant que de besoin, la célébration".
En décembre 2009, le maire d'Orange, Jacques Bompard, (ex-FN, élu sous l'étiquette MPF) avait pris un arrêté municipal interdisant d'arborer en mairie ou à proximité des drapeaux étrangers lors des cérémonies de mariages.

lundi 24 janvier 2011

Le numéro du vingtième anniversaire du bulletin de la société sud-africaine de vexillologie

La Southern African Vexillological Association (SAVA) vient de publier le dernier numéro de son bulletin (daté du 31 décembre 2010) qui marque le vingtième anniversaire de cette association fondée en novembre 1990.
Dans cette livraison (publiée désormais uniquement sous forme de pdf) se trouve des articles sur les drapeaux de Nouvelle-Calédonie, de Birmanie, du futur Sud-Soudan et de Grèce; ainsi que sur le projet de drapeau pour l'île britannique d'Ascension.

mardi 11 janvier 2011

Vers un nouvel État, un nouveau nom et un nouveau drapeau ?

Le Sud-Soudan autonome au sein du Soudan est appelé à voter du 9 au 15 janvier 2011 sur son appartenance au Soudan  ou sur la sécession. Il est constitué de 10 États sur un territoire un peu plus grand que la France, (590 000 km²) et peuplé de 8 260 000 habitants en 2008. Les premiers résultats provisoires sont attendus vers le 31 janvier. Le résultat ne fait guère de doute à condition que le taux de 60% de participation soit atteint.
La naissance du nouvel État pourrait être proclamée le 9 juillet, à la fin de la période intérimaire de 6 ans née de l'accord de paix.
Le sud du Soudan est peuplé de populations noires ethniquement proches de celles de l'Ouganda et du Kenya, catholiques ou animistes,  tandis que le nord est peuplé de musulmans arabes. 

Le nom du nouvel État est encore en gestation. Il y a antagonisme entre ceux qui veulent conserver le nom Soudan, et ceux qui veulent le supprimer. Rappelons que le mot Soudan veut dire noir en arabe (Bilad as Soudan, le pays des Noirs), ce qui serait un paradoxe si le Soudan musulman conservait son nom et que le sud l'abandonne.
Certains souhaitent le nom de Nouveau Soudan tandis que d'autres veulent conserver le Sud-Soudan. Les dirigeants au pouvoir du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM) ont une préférence pour la république de Kouch, qui est le titre de l'hymne national : "La terre de Kouch", ou Kouchitie. La population préfère elle, le terme république du Nil, Nilotia, ou Nilotland. On trouve encore Azania, Équatoria, ou Djouwama (formé par les premières syllabes des 3 capitales régionales, Djouba, Wau et Malakal).

Le drapeau du SPLM

Quant au Soudan (du nord), il s'interroge aussi sur le maintien du nom Soudan, qui ne le concernerait plus beaucoup en cas de sécession.

Un drapeau doit aussi être adopté. Le drapeau qui flotte dans les rues est celui du SPLM, qui est inspiré de celui de son voisin, le Kenya. Certains voudraient voir figurer le buffle, animal historique du Soudan, tandis que d'autres préfèrent l'image d'un oiseau. 
                     Hervé Calvarin